A l’intérieur de la tour du soleil à Osaka.

Osaka vient d’être retenue pour organiser l’exposition universelle de 2025. Cet événement est souvent l’occasion pour le pays de réception de faire étalage de sa culture, de son savoir faire, de ses techniques.

Si l’on regarde en arrière, on réalise qu’Osaka n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en 1970 déjà, la ville accueillait sa première exposition universelle. La première du Japon.

De cette exposition il n’en reste qu’une chose et non des moindres : La tour du soleil. Cette oeuvre réalisée par Taro Okamoto (déjà évoqué dans cet article) est singulière à bien des égards.

Trônant au milieu d’un parc immense qui autrefois accueillit l’expo 70, il était possible de l’admirer mais rarement d’y pénétrer. Depuis 2018 et après travaux de réhabilitations, la tour ré-ouvre enfin ses portes laissant les curieux découvrir les entrailles de la bête.

J’ai patienté presque un an que les foules nippones soient rassasiées du monument pour en profiter tranquillement. Et quelle surprise une fois à l’intérieur !

Taro Okamoto était un artiste particulier, engagé, on peut l’aimer, le détester mais ce qui est certain c’est qu’il possédait une vision. Loin de faire l’unanimité parmi les siens, il n’hésitait pas à provoquer, et porter ses idées jusqu’au bout. L’histoire de la tour du soleil en est d’ailleurs un exemple patent.

L’expo de 70 :

L’exposition était placée sous le thème : “progrès et harmonie pour l’humanité”. Dès le début Taro Okamoto désapprouve la thématique. Selon lui l’humanité n’a jamais fait de progrès : “Les gens pensent que l’harmonie est une chose permettant de créer de l’ordre comme une espèce de machine, mais ce n’est pas le cas. Je pense que c’est exactement le contraire, l’harmonie est une collision, c’est quand les opposés s’entrechoquent et révèlent leurs possibles, c’est en ce qui me concerne ce que je pense être l’harmonie.”

Kenzo Tange (architecte et urbaniste) était en charge de l’élaboration du plan de l’exposition. Il décide à ce titre de réaliser une toiture immense s’élevant à quarante mètres au dessus du sol, et mesurant 350 mètres de long. Ce toit doit symboliser une métropole futuriste flottante.

Taro Okamoto prend immédiatement le contre-pied du projet en annonçant qu’il veut justement construire une tour géante qui transpercera ce toit (il semble exprimer l’idée que le progrès et la science ne sont qu’un plafond qui sera dépassé par quelque chose de plus profond ancré dans la terre). Voila comment il fera littéralement “un trou” dans l’harmonie du toit envisagé par Kenzo Tange.

tour soleil expo 70

La tour perçant le toit voulu par Tange-san.

L’exposition regroupera 77 pays à travers le monde et attirera 64 210 000 visiteurs. Peu après l’exposition universelle, il est décidé que la tour du soleil ne sera pas démontée, et demeurera en place en tant que témoignage de l’exposition.

La tour du soleil, extérieurs :

Quelques chiffres :

Les dimensions de l’oeuvre sont assez impressionnantes, puisqu’elle mesure 70 mètres de haut pour un diamètre de 20 mètres à sa base. Chaque bras de la structure mesure quant à lui 25 métres.

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil tour face

De nos jour seule l’oeuvre d’Okamoto-san demeure.

Les visages :

Lorsque l’on fait face à la structure deux choses nous interpellent de suite. Les fameux visages.

Au milieu il s’agit du visage du soleil assimilé au présent, le masque doré qui orne le sommet de la tour est dénommé visage du futur et si l’on regarde la tour de dos on y découvre le soleil noir symbolisant le passé. Nous verrons un peu plus tard qu’un quatrième visage plus énigmatique existe ailleurs.

En rassemblant ces visages sur une même structure, Taro Okamoto semble vouloir nous dire que ces moments que l’on a souvent tendance à segmenter ne sont en fait que les faces d’un même élément qu’il fusionne sur cette tour. Il y a ici une vraie réflexion sur la manière que nous avons d’appréhender la notion de temps.

 

 

Il est difficile de donner plus d’informations. Taro Okamoto n’expliquait que très peu ses œuvres. Ce faisant il laissait le spectateur spéculer et avoir sa propre interprétation des choses.

Réception critique :

Lorsque les plans et les premiers prototypes sont proposés, beaucoup sont choqués par l’esthétique de la construction. La réception est donc assez froide. Mais au lieu de décourager Okamoto, ceci semble au contraire avoir l’effet inverse :“les gens ont dit : qu’est ce que cette chose ? Pourquoi le gouvernement devrait il utiliser autant d’argent et d’espace public pour les œuvres de Taro Okamoto ? Et j’ai alors répondu : plus la création est unique, plus cette dernière devient universelle !”

taro okamoto construction tour

Okamoto Occupe la place de sa tour sur cette maquette. 

La réception du public sera quant à elle beaucoup plus chaleureuse.

Qu’on n’aime ou pas le design de cette oeuvre, on ne peut lui dédaigner son caractère unique. Il sera alors difficile de ne pas ressentir quelque chose face à cet étrange colosse.

L’intérieur de la tour :

Pour pénétrer l’édifice, il faut s’enfoncer dans la terre. La tour n’est pas qu’aérienne, elle est aussi souterraine. Une façon en quelque sorte de retourner vers nos racines, trouvant sa source dans l’obscurité des caves que nous habitions jadis.

Ce qui a disparu :

Après l’exposition universelle, il sera donc décidé de garder la tour comme témoignage de l’exposition. L’intérieur sera cependant souvent fermé et ré-ouverte quelques fois après des campagnes de restauration.

C’est à la suite de travaux de réhabilitation aux normes sismiques que la tour ré-ouvre ses portes en 2018.

Certaines parties de l’exposition originale de 1970 ont disparu. Une partie dépeignait l’ADN et les protéines à l’origine de toute vie. Une autre consacrée aux humains, mettait en scène les hommes dans des scènes de chasses, puis vint la zone des prières et des cultes.

image de l'expo 70

Photo datant de l’exposition de 1970.

Cette dernière à été en partie reconstituée pour la réouverture de 2018. C’est d’ailleurs ici que l’on trouve le 4 éme visage intitulé le soleil du monde sous-terrain.

De manière inexpliquée, ce visage, pourtant aux dimensions importantes, disparu à la fin de l’exposition universelle. La disparition des œuvres de Taro Okamoto semble presque être une signature. (souvenez vous)

Pour les besoins de l’exposition, ce visage a été reconstruit.

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil visage du monde souterrain

Le quatrième visage se situant sous la tour.

Okamoto a beaucoup été impressionné par la période japonaise nommée Jomon (-13000 à -400) notamment par ses poteries et statues. Ce design se retrouve beaucoup dans son travail et la partie du monde souterrain y fait assez nettement référence. Si la question vous intéresse il y a une collection permanente au musée national de Tokyo.

573px-Periodo_jomon,_dogu,_2000-1000_a.c.

Déesse de la fertilité période Jomon. Remarqué le masque/visage.

Cette zone ou l’on trouve nombre de masques, d’idoles, de dieux, semble constituer le terreau sur lequel s’est bâtie la civilisation, qui par la suite n’aura de cesse de tenter de s’élever. Les mythes fourmillent de cette idée (tour de babel, mythe d’icare etc.)

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil monde souterrain

La zone des prières et des cultes reconstitué partiellement pour la réouverture.

L’arbre de vie :

Lorsque l’on pénètre au centre de l’édifice, on se retrouve face à ce qui est nommé “l’arbre de vie”.

Celui-ci s’enracine dans la base de la tour et s’élance jusqu’à son sommet cherchant à rejoindre le masque dorée (représentant le futur).

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil l'arbre de vie gd angle

La tour du soleil abrite en son ventre la source de la vie.

Sur les nombreuses branches que compte cet arbre, sont reproduites trente-trois variétés de la vie.

Nous commençons alors une ascension par des escaliers qui entourent l’arbre.

Symbolisant l’histoire de la vie il commence en bas par les protozoaires, les trilobites, les poissons, les reptiles, et les mammifères. Même si l’on trouve les hommes en haut, l’idée n’est pas de marquer une supériorité de ces derniers sur les autres espéces.

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil au pied de l'arbre de vie

Au pied de l’arbre de vie.

Nous sommes finalement un peu dans le ventre de la tour où se développe la vie.

L’endroit est assez incroyable. Les choses changent de couleurs, les ambiances lumineuses évoluent, certaines espèces émettent leur propre lumière et semblent flotter dans un bouillon de vie dans lequel nous devenons le temps de la visite partie prenante.

Nous voila ramené à notre simple état de maillon infinitésimale de ce qui constitue la vie.

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil debut de l'arbre de vie

Détails des branches.

Lorsque nous arrivons au dernier niveau qui coïncide avec les bras de la statut (qui servait avant à accéder à la super structure en forme de toit, on remarque que l’arbre continue à grimper vers un oculus symbolisant le soleil qui se situe à la hauteur du masque dorée (le futur). Nous nous arrêtons avec les branches qui contiennent les hommes, mais l’arbre continue sa course en avant et déjà présente de nouvelles branches. L’homme n’est donc pas une finalité, mais bien un maillon.

tour du soleil expo 70 vers le soleil

L’oculus tout en haut. Photo prise à l’époque de l’exposition.

Un message aux hommes :

La première fois que j’ai vu cette oeuvre je n’avais pas imaginé qu’elle pouvait receler autant de secrets et d’idées. Cette structure est plus qu’un bâtiment, c’est un message complexe que Taro Okamoto a voulu laisser aux hommes. Un message assez universel que nous devrions peut être méditer à notre époque.

Taro Okamoto n’avait pas livré beaucoup d’explications, l’oeuvre reste ainsi ouverte et chacun sera libre de la saisir comme il l’entend. L’expérience devient alors très personnelle.

laurent ibanez derriere la colline tour du soleil intérieur bras gd angle

Dans un des bras de la structure, demeure l’escalier qui servait à accéder au toit.

Si vous avez la chance d’y aller ou d’y être déjà allé, n’hésitez pas à partager avec nous vos sensations et points de vues.

Sachez que si vous voulez visiter la tour qui se situe dans la banlieue d’Osaka il convient à l’avance de réserver son entrée au plus tard la veille de votre visite. Tentez d’éviter les week-end souvent complets.

Vous pouvez faire votre réservation (vous paierez le jour de votre visite) sur ce site (mettre lien)

https://taiyounotou-expo70.jp/reserve-en/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s