La face cachée des Gachapons.

Les Japonais aiment s’amuser, varier, créer et si possible gagner de l’argent. Beaucoup de domaines sont empreints de cette façon de penser.

Après quelques temps ici, on se rend vite compte de cette hyperactivité. Que ce soit au niveau des boissons, snacks (que j’avais évoqué dans l’article sur la junk food), séries, émissions télés ou Goodies, la logique est toujours la même.

Plein de nouveautés font leurs apparitions chaque mois. Si la chose proposée fonctionne, alors elle sera exploitée à son maximum. Dans le cas contraire, on oublie tout et on passe à autre chose.

Cette façon de fonctionner est vraiment surprenante et suppose une certaine liberté dans l’expérimentation ainsi qu’une capacité à assumer l’échec.

Cette acceptation amène souvent les créateurs de produits à faire des choix confinant parfois au déraisonnable ce qui permet au consommateur de profiter d’objets ou d’émissions inédits.

C’est il me semble cette mécanique (définie laborieusement) qui maintient la créativité nippone dans une sphère à part. Elle touche parfois l’Europe à travers des best of de publicités ou de concepts d’émissions télé ahurissants.

Quel rapport avec les Gachapon me direz vous ? Et bien c’est en partie de cette mécanique que se nourrissent les Gachapon que je vais évoquer aujourd’hui.

Gachapon ? Pardon ?

Derrière ce nom peut être exotique pour certains, se cache quelque chose que nous connaissons finalement assez bien sous nos latitudes.

Vous vous souvenez ces petits distributeurs automatiques dans lesquels il fallait insérer une pièce puis faire tourner un levier pour que la machine nous délivre une sphère contenant souvent un petit jouet ? Et bien c’est ça un gachapon.

laurent ibanez derriere la colline gachapon présentation

La version japonaise relookée.

Le nom vient de la contraction de deux onomatopées : “Gacha” qui est le bruit que fait le levier lorsqu’on le tourne et “Pon” qui correspond au bruit que fait l’objet lorsqu’il tombe enfin.

Au japon c’est Bandaï qui semble en réclamer la paternité à la fin des années 70, mais cela existait bien avant cette période en dehors de l’archipel. Les japonais sont très forts pour redonner vie à des concepts que l’on pense désuets.

Si les jouets ou bonbons que l’on pouvait obtenir par ce biais en Europe étaient souvent de piètre qualité, ici les objets vendus sont souvent de meilleure facture et confinent pour certains à de petites œuvres d’art.

Lorsqu’on connaît l’amour des japonais pour les distributeurs automatiques, ce système ne pouvait que fonctionner. Il allait constituer un formidable outil de distribution de produits dérivés surtout axés sur les mangas et séries animées.

A l’instar des distributeurs de boissons, on en trouve à peu près partout. Il existe même des boutiques sans personnel pour les tenir dont les murs en sont tapissés. Chaque unité de vente va être dédiée à un produit particulier (dragon ball, one piece, etc) à travers une série de plusieurs personnages ou produits (souvent 5). Le truc c’est que vous ne pouvez pas choisir ce qui va tomber, le hasard choisit pour vous.

Le hasard fait donc bien les affaires du fabricant puisque si vous voulez obtenir la série complète proposée par la machine vous allez souvent être amené à y jouer plus que le nombre initial d’objets mis en vente. “Habile !”

laurent ibanez derriere la colline gachapon présentation série

Les différents objets gagnables sont toujours affichés sur le Gachapon.

Les japonais ayant la “collectionnite” facile, j’imagine que certains doivent y passer des sommes vraiment importantes. Le prix d’un objet peut varier entre 200 et 500 yens en moyenne.

Ce business à réalisé en 2012 un chiffre d’affaire supérieur à 200 millions d’euros. (the japan toy association, 2012 toy market survey data source )

Des gachapons pour tous :

On pourrait croire que ces machines ne visent que le jeune public et ce serait une grossière erreur !

D’ailleurs lorsqu’on regarde qui dilapide ses économies, on se rend vite compte que l’âge de la clientèle se situe plutôt entre 25 et 35 ans.

Les thématiques sont très variées et tout le monde y trouvera son compte.

laurent ibanez derriere la colline gachapon mini gachapon

Des gachapon distribuant des mini gachapon qui fonctionnent. La boucle est bouclée.

Il existe même des Gachapons à caractère sexuels, pour gay, hétéro, fan de gros sein etc.

laurent ibanez derriere la colline gachapon pour adultes

En katakana il est marqué ERO.

La face caché des Gachapons :

Jusque là on pourrait me dire “très bien tu viens de nous décrire un énième système commercial exploité avec talent par les japonais et alors ?”

Si l’article s’arrêtait là vous auriez raison mais comme la barre de défilement à moitié consumée vous l’annonce avec fracas tout ne s’arrête pas là !

Si la grande partie de ce qui est produit pour être distribué par les Gachapon est éminemment commercial et ne présente d’intérêt que pour le fan absolu, il existe en marge tout un tas de créateurs qui essayent de tirer leur épingle du jeu en proposant des choses étonnantes.

Le système des gachapon se prête bien à ces expérimentations. Les objets à produire sont en plastique, peu chers, faciles à reproduire en grande quantité.

Du coup le risque de sortir quelque chose qui ne fonctionne pas n’est pas trop grave. Par contre si cela marche …

Dans ce domaine les fabricants ont compris que pour être repéré, il fallait être intelligent et surtout créatif. Cela donne donc naissance à tout un tas de produits originaux (dans le sens ou ils ne dérivent de rien) plus incroyables les uns que les autres. De la créativité à l’état pur.

Beaucoup de séries d’objets ne dépassent jamais la première édition mais lorsque cela fonctionne, plusieurs éditions peuvent alors se succéder et faire le bonheur des collectionneurs et la fortune des créateurs.

Dans ces situations les mots ne servent pas à grand chose, et l’image reprend toute sa force.

Quelques séries super imaginatives :

Les créateurs ont clairement carte blanche, ce qui laisse place à des choses juste folles. Cela me fait un peu penser à ce que j’évoquais dans l’article sur le Tokyo Design Festa.

Pour ces photos j’ai profité des goûts aiguisés et de la collection d’une amie que nous nommerons Bioulette pour préserver son anonymat. Encore une fois merci à toi pour cette superbe collection.

Le cauchemars des animaux :

Dans cette série des animaux blancs à corps d’hippocampes semblent vomir des fruits correspondant à leur régime alimentaire. Si certains voient du sens dans tout ça n’hésitez pas dans les commentaires.

laurent ibanez derriere la colline gachapon animaux vomit

le singe vomit des bananes, le lapin des carottes etc.

Les animaux aux urinoirs :

Pour rester chez nos amis les bêtes, voici les animaux les plus propres de la créations puisqu’ils n’hésitent pas à utiliser des toilettes quand le besoin s’en fait sentir. Inutile donc parfaitement nécessaire.

laurent ibanez derriere la colline gachapon animaux aux toilettes

Les détails sont juste géniaux, remarquez la souris doit monter sur le rebord.

Les petites filles coquillage :

On peut passer de choses franchement hilarantes à des thèmes beaucoup plus étranges voir glauque. C’est le cas de cette série pour le moins étrange ou des coquillages se sont positionné sur la tête de petites filles. Il faut penser que quelqu’un à un jour eu l’idée, la proposée à des financeurs qui ont dit : “banco ! On va en faire 100 000 exemplaires” et de l’autre côté dans la rue des passants on du dire kawaiii (mignon) ou kimoiii (dégouttant) mais ont tout de même acheté. 

laurent ibanez derriere la colline gachapon filles coquillages

Alors ? kawaii ou Kimoii ?

Folklore japonais X squelettes :

Comment nommer cette série étonnante. L’idée était de reprendre des choses bien connus des mythes et traditions japonaises tel que le Daruma, la poupée Kokeshi, le maniki néko, et d’en faire une version squelette. Cela donne quelque chose de vraiment original et intéressant.

laurent ibanez derriere la colline gachapon squelette daruma

Les fruits zombies :

Mes petits préférés tant par le design que par la qualité des produits. Il me semble qu’il s’agit déjà d’une seconde série la première ayant très bien marché. Il est incroyable de se dire que chaque figurine ne coûte que 400 yens (3 euros).
Il est difficile d’avoir son préféré.

laurent ibanez derriere la colline gachapon fruits zombies

Le kiwi et l’orange me font particulièrement marrer.

Bonus stage : le mini sniper

Bonus car nous n’avons pas toute la série. Mais l’idée de créer un mini sniper caché dans des objets de la vie de tous les jours est juste excellente. En voici un mais sachez qu’il existe aussi caché dans un bonbon (très rare), dans un paquet de chewing-gum etc. 

laurent ibanez derriere la colline gachapon mini sniper

Vous prenez votre café tranquille quand tout à coup !

Compléter une collection ou en trouver une épuisée :

Le problème lorsqu’on se lance dans cette collection créative, c’est que parfois par manque de temps, d’argent ou de chance il nous est impossible de conquérir toute la collection. C’était sans compter tout un tas de lieux spécialisés ou il est parfois possible d’acheter la ou les pièces manquantes.

laurent ibanez derriere la colline gachapon magazin spécialisé

Il existe des boutiques dédies ou l’on peut trouver la pièce manquante !

Il va sans dire qu’internet joue aussi un rôle important dans le domaine. Cela a d’ailleurs tendance à faire flamber le prix de certaines collection. J’imagine également que les créateurs doivent organiser une certaine rareté en ne produisant pas les pièces dans les même proportions. (cela reste cependant à vérifier).

Sachez que certains distributeurs assez connus ont même leur propre musée dédié à leur art.

Un souvenir original du Japon :

Ce qui est intéressant dans cette façon de faire c’est que l’hyper commercial côtoie l’hyper indépendant. Il y en a pour tous les goûts. Les japonais sont très sensibles au design et lorsque l’idée leur semble originale, folle ou amusante (parfois les trois à la fois), ils n’hésiteront pas s’émerveiller puis à investir.

laurent ibanez derriere la colline gachapon ligne de machine

Il y a des endroits ou les murs sont tapissés de machines.

C’est souvent un souvenir que je conseille à mes amis. Cela permet un cadeau vraiment original qui illustre parfaitement la folie créatrice nippone.

Si vous connaissiez cet aspect des Gachapon et que vous possédez vous même certaines pièces dont vous êtes fiers, n’hésitez pas à venir les partager avec nous.

6 thoughts on “La face cachée des Gachapons.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s