Kyoto BitSummit et jeux vidéos Indés.

Depuis quelques années déjà se déroule à Kyoto un festival consacré au jeu vidéo. La rencontre est particulière puisque le festival s’organise surtout autour de la scène indépendante. C’est une amie travaillant dans le domaine qui a eu la gentillesse de me sortir de l’ignorance crasse dans laquelle je baignais alors. Me sachant en quête perpétuelle d’un truc intéressant à découvrir, c’est en ces quelques mots qu’elle me présentait la chose : “un festival indie game à Kyoto ça t’intéresse ?”

Il ne fallait pas m’en dire plus. Muni pour la première fois d’un badge presse élégamment collé sur un poitrail bombé par la fierté, je m’engouffrais dans les allées sombres et sinueuses de la 6 éme édition du BitSummit.

Le BitSummit en quelques mots :

Lancé il y a de cela quelques années, le BitSummit devait servir à mettre en avant et célébrer la scène japonaise des créateurs de jeux vidéos indépendants.
Il peut être parfois difficile de se faire remarquer dans un monde dominé par les grosses enseignes. Le but était donc d’attirer l’attention et de permettre aux différents acteurs de la filière de se rencontrer et de développer leurs réseaux.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 direct twitch

Deux scènes étaient en place sur le salon.

Le projet va rapidement prendre de l’ampleur et dépasser les limites de l’archipel. Le salon a maintenant pris une envergure internationale.

Il était donc possible de rencontrer des développeurs venus de tous horizons. L’anglais et le japonais ressortaient beaucoup mais pas mal d’autres langues étaient également audibles, un vrai melting-pot de créateurs.

D’autres festivals indépendants avaient fait également le déplacement (le Taipei game show ainsi que le busan indie connect festival).

Eloge de l’indie game :

Il faut l’avouer de suite, j’ai un gros faible pour les jeux indés. Cela fait déjà pas mal de temps que je ne fais presque plus que ça, du coup il va être difficile de faire montre de beaucoup d’objectivité.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 essayer les jeux

Plein de choses à essayer.

L’avantage avec ces jeux, c’est qu’ils ne peuvent pas compter sur les mêmes mécaniques que les blocks-busters. Il devient donc important de se démarquer autrement. Cela pourrait se résumer en une simple phrase : nous n’avons pas d’argent, mais on a des idées.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 cube lumineux

Qui veux essayer le cube magique.

Lorsque vous en avez marre de jouer à fifa 25 ou à call of duty infinity war of the holy skull 2 vous commencez à trouver les idées neuves rafraîchissantes même si cotés graphiques et optimisation ce n’est pas toujours ça.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 parachute virtuel

Quand la VR rencontre le parachutisme.

Lorsqu’on parcourt les allées du BitSummit c’est justement cette créativité que vous prenez en plein visage. Les stands se succèdent mais ne se ressemblent pas. Tout se mélange en un agréable et rafraîchissant chaos. Chacun y va de son idée, de sa touche graphique, de son gameplay, de son accessoire étrange.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 boite carton

La manette c’est le carton.

On sent aussi les influences, les hommages à d’illustres aînés sans tomber dans le simple plagiat. Cela fait plaisir de rencontrer des personnes ayant des choses à dire à travers leur création. On sent un réel engagement, les gens tiennent à leurs projets. Ce ne sont pas pour autant de doux rêveurs. Ils savent que des contraintes économiques demeurent et en tiennent compte.

Discuter avec les créateurs :

Le salon est bien-sûr l’occasion d’essayer des jeux et d’avoir un aperçu du futur, mais c’est aussi la possibilité de rencontrer les concepteurs toujours prêts à vous lancer une partie, à vous pitcher le jeu pour la 100 eme fois de la journée et toujours avec la même énergie.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 crystal crisis

Les développeurs ne sont jamais loin pour parler du jeu.

Il devient possible d’échanger, de mieux comprendre les motivations, les origines des projets bref on passe de l’autre côté du miroir.

J’ai finalement passé plus de temps à discuter des projets qu’à jouer, mais ce fut tout aussi passionnant.

C’est d’ailleurs le gros point fort du festival. Cette énergie, et cette passion est nettement plus palpable que dans des festivals plus importants où tout semble plus lisse.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 neko hat

Cela m’a, à beaucoup d’égards, fait penser au Tokyo design festa dans la relation que l’on pouvait avoir avec le créateur.

Les profils sont très variés, designer, programmeurs, responsable projet etc. On se rend compte que le monde de l’indie n’est plus tout à fait celui que l’on connaissait. Tout s’est énormément professionnalisé et on sent qu’il faut l’énergie de beaucoup de braves pour porter ces projets ambitieux jusqu’à leur terme.

Une qualité au rendez-vous :

L’indie à souvent eu l’image de jeux certes inventifs mais en deçà au niveau des qualités techniques. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La qualité de certains titres n’avait vraiment rien à envier à certains géants du domaine. Même lorsque les choses semblaient plus modestes, cela tenait souvent plus d’un parti pris qu’autre chose.

Certains jeux indépendants sont même maintenant portés sur de grosses plateformes. On peut notamment citer des jeux tels que Hollow knight (coup de cœur de l’année) , Dead cells, Hotline Miami.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 nintendo

Nintendo et Microsoft avaient fait le déplacement.

Il semble que les abîmes qui séparaient ces deux courants de l’industrie vidéo-ludique se soient considérablement résorbés.

Tendances et jeux testés au salon :

Cette année la tendance était clairement aux rogues likes .  Dark Souls a aussi beaucoup fait d’émules et pas mal de jeux tenaient beaucoup du titre de from software tant au niveau de l’ambiance que de la difficulté accrue que l’on pouvait expérimenter dans les niveaux.

Sans pouvoir tous les citer, voici quelques titres sympas testés pendant le salon et qui ont pu marquer au niveau graphique, humour, inventivité.

Tensui no Sakuna Hime  : Un mélange étonnant de beat them all, de plateforme mais aussi de phase de jardinage (oui oui il y a des parties où il semble nécessaire de planter du riz). Les phases jouables étaient concentrées sur l’aspect action. Une ambiance très japonisante extrêmement agréable. La sortie semble prévue pour 2018 sur PS4 et PC.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 tensui hime

Tensui no Sakuna Hime.

Ultra space battle brawl : Le jeu est assez déjanté et reprend l’idée d’un pong géant. Le but ? Abattre la barre de vie de son adversaire en envoyant rebondir la balle sur son cristal de vie. Les bumpers sont remplacés par des super héros volontairement ringards qui s’affrontent à coup de spatules, battes de Baseball et de super pouvoirs loufoques. Le jeu était extrêmement fun et arrachait régulièrement des rires aux spectateurs venus se masser devant le grand écran.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 super brawl

Ultra space battle brawl.

Burry me my love : Un jeu qui restitue l’interface d’une application de type Messenger où un couple séparé par la guerre en Syrie tente de maintenir le contact. C’est simple et efficace. Le fait d’y jouer sur son propre téléphone crée une confusion troublante nous mettant très facilement à la place du héros. Le jeu force l’empathie et nous permet de mieux appréhender des réalités qui nous dépassent.

Ghostopia :  un étrange roman graphique qu’il m’était difficile de comprendre mais que l’ambiance très particulière ne pouvait que retenir l’attention. Prévu sur switch j’espère que nous aurons droit à une traduction.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 roman graphique

Ghostopia.

J’aimerais pouvoir parler, de rival megagun, de my lovely daughter, de olija et bien d’autres mais le mieux reste encore d’aller faire un tour sur le site web du salon et d’aller jouer aux curieux.

Un endroit pour les curieux et les passionnés :

Le festival était vraiment passionnant. Plein de motifs peuvent vous amener à vous y rendre. Le jeu-vidéo bien sûr, mais aussi la capacité de rencontrer des artistes, ou de voir un peu l’envers du décors.

laurent ibanez derrierre la colline bitsummit 2018 dessinatrice

Les artistes à l’oeuvre.

L’ambiance était simple et décontractée et les familles venues s’amuser côtoyaient des professionnels du jeu vidéo.

L’éclectisme qui règne sur le salon garantit toujours de trouver quelque chose qui retienne votre attention.

J’ai déjà hâte de savoir de quoi sera fait 2019.

2 thoughts on “Kyoto BitSummit et jeux vidéos Indés.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s