Préparer son voyage au Japon.

Il m’arrive souvent de parcourir forums et groupes Facebook pour échanger et apprendre au sujet du Japon. Ces groupes sont riches de personnes intéressantes et de sujets passionnants. Avec le temps, j’ai remarqué que beaucoup de questions, inhérentes à un premier ou second voyage au Japon, revenaient assez fréquemment.

J’ai donc tenté d’en faire une synthèse pour écrire le petit guide que voici.

Afin d’être le plus large possible ce guide est assez général pour réussir à balayer un grand spectre de questions. Il servira de base à vos réflexions et sera un support pour vous amener vers des questions plus précises, propres aux spécificités de votre voyage.

Ce petit guide n’est pas une réponse universelle et absolue, il est forcément partial, subjectif, et reflète les expériences que j’ai pu avoir au cours de ces cinq années au Japon. N’hésitez pas à ne pas être d’accord avec et même à aller à contresens. Souvenez vous, c’est votre voyage à vous ! N’hésitez pas à être original quitte à vous tromper ! C’est aussi ça le voyage.

Quand visiter le Japon ?

Il n’y a pas vraiment de bonne ou de mauvaise période pour venir dans l’archipel. Chaque période possède ses propres caractéristiques, avantages et inconvénients. Essayons de les passer en revue.

Le printemps et Hanami :

C’est un temps fort au Japon. Les cerisiers en fleurs font fantasmer beaucoup de monde. C’est vrai que la période est assez féerique. Pique-niquer dans un parc sous un cerisier en fleur en compagnie de Japonais donne un goût certain de la société nippone.

Cependant, durant cette période, le temps est assez frais/froid, il peut être pluvieux et la durée d’ensoleillement est encore faible.

De plus, sachez que vous n’êtes pas seul à aimer la période. Cela vous forcera à partager les lieux avec beaucoup d’autres visiteurs (Japonais et autres).

Il s’agit également d’un pari risqué car la période de floraison peut varier en fonction des températures qui précèdent Hanami. Donc, sauf à prendre son billet au dernier moment lorsque la floraison est annoncée, il se peut également que vous manquiez le moment.

L’été, sa chaleur, et ses matsuris :

Beaucoup de visiteurs sont surpris par les températures estivales. C’est surtout l’humidité qui est difficile à supporter. C’est aussi un moment de forte affluence dans les grands lieux touristiques, donc vous devrez partager.

Sachez aussi que de fin juin à début juillet le Japon traverse une saison des pluies.

L’avantage de l’été, c’est de goûter à cette ambiance particulière. Entendre les cigales, aller à la mer ou à la rivière. C’est aussi une période propice aux matsuris (fêtes traditionnelles japonaises). Si l’on en trouve tout au cours de l’année, l’été en concentre beaucoup plus. Participer à ces événements est vraiment une très belle manière d’appréhender la beauté de la culture japonaise.

 

Avant goût de l’été à Kyoto le long de la Kamogawa

laurent ibanez derriere la colline kobe matsuri-1

Matsuri à Kobe.

L’automne, la douceur, Koyo :

Je ne vais pas être objectif ! Il s’agit de ma période préférée au Japon. A partir de mi-septembre, l’humidité diminue énormément et l’air redevient à nouveau respirable. Les touristes se font moins nombreux (quoi que remplacés par les nombreuses sorties scolaires).

Début septembre est souvent une période de typhons. Octobre est vraiment un parfait équilibre entre lumière et température. Si vous voulez goûter aux couleurs de l’automne (Koyo) il sera cependant préférable d’attendre la deuxième moitié de novembre. Les forêts s’embrasent alors en des couleurs incroyables, les paysages changent énormément de semaine en semaine. Il devient facile de voir le temps qui passe. C’est le moment idéal pour les randonneurs et amoureux de la nature (j’en parle notamment dans cet article sur Oze.).

laurent ibanez derriere la colline oze les couleurs de l'automne

les couleurs de l’automne.

L’hiver, un visage moins connu du Japon :

L’hiver, les touristes sont nettement moins présents. Aussi, si vous aspirez à une certaine quiétude, cette période est à préférer.

Vous l’aurez compris, les températures et le temps de soleil diminuent aussi. Pensez que vers 16h30 vous trouverez souvent la nuit et le froid. Il est donc préférable d’être matinal pour optimiser le temps de soleil.

En fonction des lieux que vous visitez, il est aussi possible que la neige fasse son apparition. Cela peut être un problème car les japonais ont tendance à perdre leurs moyens dans ce cas et à annuler trains et bus. Attention donc.

La neige par contre change complètement le paysage et rend inédits des lieux que vous croyiez pourtant très bien connaître. La neige recouvrant le Daitokuji à Kyoto est à couper le souffle.

Il y a deux ans, j’ai goûté pour la première fois aux neiges d’Hokkaido, et je pense qu’une partie de moi n’en est toujours pas revenue.

Le Japon est un pays aux multiples visages qui peut se visiter sans problème à plusieurs reprises, tant il change en fonction de la saison. Le même circuit effectué au printemps et en automne n’est absolument pas comparable.

Il y a tout de même un court moment dans l’année qu’il semble préférable d’éviter à tout prix : la golden week.

La golden week s’étend de la fin avril à la fin de la première semaine de mai. A cette période-là, plusieurs jours fériés s’enchaînent et peuvent avec les week-ends créer des ponts importants. C’est un peu les grandes vacances japonaises. Pendant cette période, le Japon s’arrête et les lieux touristiques sont pris d’assaut, hôtels, restaurant et trains sont complets, les prix augmentent.

Si vous pensez voyager autour de ces dates je vous conseille vivement de vérifier sur internet comment la golden week se présente pour l’année considérée et de décaler. Après, cela peut être une expérience !

Quelle compagnie aérienne ?

Il y a énormément de questions sur ce point. Je dois avouer qu’il est difficile d’y répondre tant ce choix peut apparaître personnel et surtout évoluer avec le temps et les compagnies.

aviation-4-1450117

Il est beau mon avion.

Ayant fait beaucoup d’AR entre le Japon et la France j’en ai essayé beaucoup. D’Aeroflot, en passant par Air china, mais aussi la Lufthansa ou Quatar. Ce qui change en général c’est la qualité de la nourriture, la place pour les jambes, et le service à bord. Mon but étant en général le pays dans lequel je me rends, les compagnies me semblent pour le coup assez interchangeables.

J’ai remarqué que les prix peuvent énormément varier en fonction de votre point de départ. Aussi si vous êtes assez mobile n’hésitez pas à regarder en partant du Royaume-Uni de l’Espagne ou même de la Suisse. Vous pourriez avoir des surprises.

Quel budget pour le Japon ?

C’est à mon avis un point essentiel avec la question du moment de votre voyage.

Le Japon est un pays possédant une offre de service et d’équipement presque infini. Il n’y a donc pas de limite à l’argent que vous pouvez y dépenser. Petits veinards.

Pour ceux qui sont plutôt justes, le pays a la réputation d’être plutôt cher. C’est à la fois vrai et faux. Vos deux grands budgets seront l’hébergement et le déplacement.

Encore une fois, tout va dépendre de vous , de ce que vous avez envie de faire, et du confort dont vous voulez bénéficier.

suitcase-full-of-money-1239895

Mais souvenez-vous que la donnée principale pour ce type de voyage n’est pas l’argent mais le temps. En effet, le Japon c’est loin et peut-être n’aurez-vous pas deux fois la possibilité d’y venir. Il serait donc dommage d’avoir investi autant de temps et d’argent et de se sentir trop juste et se limiter une fois arrivé à destination. Cela se traduit souvent par des coupes dans vos activités. Vous ne ferez finalement pas cette excursion, vous ne visiterez pas tous les temples dont vous aviez envie, vous n’irez pas dans ce restaurant qu’on vous avait recommandé.

C’est vraiment dommage. Il est vraiment préférable de différer son voyage de quelques mois voire même d’une année pour économiser un peu plus et ainsi pleinement profiter de l’expérience.

Si vous tenez absolument à avoir une idée de budget mini, il me semble qu’il faille compter une cinquantaine d’euros par jour et par personne (hors hébergement, et longs trajets).

En effet si l’on se déplace beaucoup on dépensera vite 1000 yens par jours en trajet. Un petit repas à midi peut se prendre pour 500 yens.

Le soir on mangera souvent un peu mieux en buvant quelque chose ce qui amène facilement à 1500/2000 yens

A cela il faudra rajouter les entrées de musées et temples, qui certes ne sont pas chères et même parfois gratuites,  mais cela oscille entre 300 et 600 yens en moyenne.

Un petit stop dans un convenience store, quelques centaines de yens dans les distributeurs pour goûter des boissons bizarres, un souvenir ou deux et vous voilà déjà à cinq ou six milles yens.

Je sais que l’on peut faire à beaucoup moins cher mais comme je l’ai précisé en début de guide, il s’agit de chiffres moyens.

En guidant des gens tous les jours dans leurs voyages et en voyageant souvent aussi,  voilà les petites habitudes qui se dégagent en général lors d’une journée type.

En dessous de 50 euros par jours mini vous aurez l’obligation de faire des choix, de vous limiter c’est certain.  À vous de voir donc.

Comment se loger lors d’un voyage :

C’est une question vraiment importante au Japon. La question a déjà été en partie évoquée à travers ces deux articles (louer appartement, guest house ).

Cette question est étroitement liée à votre budget. Comme évoqué plus haut, les déplacements peuvent vous coûter cher. Il est donc préférable de tenir compte de cette donnée quand vous cherchez un logement.

Repérez à l’avance les zones qui peuvent vous intéresser pour les visites et choisissez en conséquence.

L’autre donnée c’est encore le temps. Dans les grandes agglomérations, il n’est pas rare d’avoir une heure de déplacement pour se rendre quelque part. Quand on a visité pendant une journée entière on ressent souvent à un moment le besoin de faire un break pour se reposer, prendre une douche etc.

laurent ibanez derriere la colline vallee todoroki maison the

Si vous devez faire de longues distances pour rentrer, vous aurez soit tendance à ne pas rentrer et forcer dans la visite ou bien rentrer et ne pas vouloir repartir après.

Si votre logement est bien placé vous aurez beaucoup plus de confort et de souplesse dans la gestion de votre fatigue.

Il est donc préférable d’investir dans votre logement. Ce sera dans l’absolu plus cher, mais votre voyage sera beaucoup plus agréable et c’est pour ça que vous avez décidé de partir souvenez-vous en !

Quelques pistes :

Tokyo :

La ligne circulaire Yamanote est vraiment pratique. Elle dessert énormément de choses et connecte avec beaucoup d’autres lignes. Essayez donc de trouver un hébergement à une dizaine de minutes à pied d’une station de la Yamanote. Vous allez voir, les prix seront évidemment plus chers mais vous vous y retrouverez.

Kyoto :

En règle générale je déconseille les abords de la gare JR. Pratique quand on arrive, mais le quartier est finalement assez excentré. En remontant un peu vers les stations Karasuma ou Karawamachi vous serez vraiment dans le centre moderne de la ville, à quelques minutes à pied de certains centres historiques et des allées couvertes de Teramachi et de Nishiki. La rivière Kamogawa ne sera pas loin non plus.

Il vous sera aussi possible de prendre la ligne Hankyu pour relier Osaka en 45 minutes en express.

Osaka :

Ville plus urbaine, plus folle et vraiment intéressante (nakazakicho ). L’hyper centre c’est Namba. Il y a beaucoup d’hôtels, l’endroit est très fréquenté et peut donc être bruyant. On peut également trouver des hôtels intéressants vers Shinsaibashi qui est très proche de Namba.

Sinon le quartier d’Umeda (au niveau de la gare d’Osaka) est plus excentré mais vraiment très bien.

De manière générale, je prendrais mon hôtel pour qu’il se situe non loin de la ligne de métro Midosuji (ligne rouge).

Souvenez-vous, ce qui prime lorsqu’on ne voyage que quelques semaines au Japon c’est la situation géographique.

JR Pass ou pas ?

Cela dépend vraiment de la façon dont vous allez voyager mais aussi du temps dont vous disposez.

Le JR pass est vraiment pratique si l’on veut se déplacer souvent, rapidement et que l’on ne dispose pas de beaucoup de temps.

Il conviendra souvent au voyageur qui veut voir beaucoup en peu de temps.

Pour les autres cela peut être moins utile. En effet le JR pass induit souvent la volonté de vouloir le “rentabiliser” et donc de s’en servir souvent. Vous vous sentirez moins libre de changer votre emploi du temps en restant quelque part qui finalement vous plaît plus que prévu et que vous aimeriez plus explorer.

Sachez aussi qu’il existe plein d’alternatives au JR pass :

Il y a les bus de nuit : ils peuvent être vraiment pas cher, lorsqu’on roule la nuit on s’économise aussi une nuit d’hôtel. Cependant on arrive souvent assez fatigué le matin suivant, il n’est pas toujours évident de réserver même si certains sites sont maintenant en anglais et il peut être un peu difficile de trouver les points de départ des bus.

J’utilise souvent la compagnie Willer mais il existe plein d’autres compagnies tel que Sakura bus etc

Louer une voiture peut être une option à envisager sur un deuxième voyage ou lorsqu’on veut vraiment sortir des sentiers battus.

Sachez aussi que le covoiturage commence à bien se développer au Japon grâce au site Noritomosan.
Il est donc possible de partager les prix et de rencontrer Japonais ou voyageurs via ce moyen que j’aime beaucoup.

Quel itinéraire suivre ?

Souvenez-vous, c’est votre voyage. Personne ne peut mieux répondre à cette question que vous. Faites des recherches, soyez curieux. De plus, beaucoup de gens tiennent des blogs ou vlogs de grande qualité qui pourront vous donner des idées.

Préparer son voyage, tracer des lignes sur une carte, imaginer un lieu, c’est déjà voyager.

N’ayez pas peur de suivre votre instinct et de vous entêter, même si vous commettez des erreurs cela sera quand même votre expérience.

En un mot, il y a autant d’itinéraires que de voyageurs.

globe-1419126

Pour ceux qui veulent de grandes lignes qui pourraient servir de squelettes à un trajet, voici quelques idées :

Pour un premier voyage :

10 jours :

3 jours Tokyo

3 jours Kyoto

1 jour Nara

1/2 jours Koya san

1 jour Osaka

15 jours :

On rajoute 2 jours pour Hiroshima

et 2 jours pour Kobe Himeji

Pour un second voyage :

N’hésitez pas à mélanger des choses que vous voulez avec de la nouveauté.

Vous voulez vous perdre et sortir des sentiers battus : L’ile de shikoku vous ouvre les bras (Matsuyama, son château, le dogo Onsen …).

Vous avez envie d’un peu de sable blanc, d’eaux turquoises, de légèreté : Viva Okinawa (Naha, et les îles qui l’entourent).

Vous aimez la nature, la neige, les températures plus fraiches : Hokkaido est incroyable (Sapporo, hakodatte, Otaru).

Je n’ai même pas parlé de mon île préférée : Kyushu avec des villes comme Kagoshima et son sakurajima, Miyazaki et ses côtes à couper le souffle, Beppu la ville thermale, le mont Aso.

Kyushu à elle toute seule mérite un voyage dédié.

Un dernier conseil : N’essayez pas de tout voir ! C’est impossible, c’est réducteur. J’ai vécu presque 3 ans à Tokyo, j’ai arpenté la ville dans tous les sens et j’en connais quoi ? 5 % ?

Je vis et guide dans le Kansai. Kyoto est infini, il ne se passe pas une semaine sans qu’on ne me parle d’un nouveau temple, d’une nouvelle histoire.

Soyons humble dans notre voyage, voyons peu mais bien. Une fois que vous aurez chassé cette idée selon laquelle on peut “faire un pays”, vous vous sentirez apaisé et profiterez de ce que vous verrez.

Quelle langue parler :

La question revient souvent et il semblait important de l’aborder en quelques lignes. Vous allez voir qu’encore une fois, tout dépend de vous.

guidebooks-1425706

Ne parler que le français :

Cela peut apparaître comme la voie la plus difficile, puisqu’il sera rare de tomber sur un Japonais parlant français. Rare, mais pas impossible. Beaucoup apprennent une langue comme un hobby et la France jouit encore d’une certaine image. A défaut de le parler couramment, beaucoup connaissent quelques mots et sont toujours heureux de vous saluer dans votre langue ou de vous poser quelques questions.

C’est surtout lorsque vous allez voyager que cela pourra parfois être un problème, mais c’est aussi une expérience.

J’ai croisé des gens ne parlant que le français mais qui débordaient d’imagination et d’envie de communiquer, cela ne les a absolument pas empêchés d’avoir de supers échanges avec les Japonais.

Les Japonais sont souvent très curieux, et partagent volontiers expérience et connaissance, il faut se lancer.

Des notions d’anglais :

Français et Japonais partagent un faible niveau en anglais du coup il n’y aura pas de honte à tenter d’échanger dans la langue. La seule difficulté, c’est qu’il va falloir s’habituer à la prononciation souvent hasardeuse (pas plus que la nôtre finalement) des Japonais.

Par exemple “Restaurant” en japonais/anglais se prononcera “Réssoutoranto”, “Hôtel” se prononcera “Hotérou” (avec H expiré). Donc même l’anglais n’est pas forcément incontournable même s’il pourra tout de même faciliter vos déplacements et échanges avec les gens.

Parler le japonais :

Quoi de mieux que de s’initier à la langue du pays dans lequel on se rend ? Au delà de l’aspect purement pratique, apprendre la langue permet aussi de mieux cerner certaines façons de penser en japonais. C’est également l’occasion de goûter un peu à la culture du pays.

Dans tous les cas, être juste capable d’être poli avec un bonjour, merci, excusez-moi ou même c’était délicieux fera toujours énormément plaisir à votre interlocuteur qui ne manquera pas de souligner votre habileté dans sa langue.

L’hospitalité japonaise n’est plus à discuter, et être capable de leur donner le change est toujours bienvenu.

Quant à ceux qui veulent aller plus loin et dépasser les simples rudiments, hé bien félicitations.

Sachez que pour commencer à avoir de petites discussions, la langue n’est pas si difficile à s’accaparer. Les problèmes viennent ensuite mais c’est déjà une autre histoire.

Conclusion :

Souvenez-vous qu’il s’agit de votre moment, faites en quelque chose de personnel. Dites vous que vous ne verrez pas tout, et concentrez vous sur ce qui fait marcher votre imagination, tout en laissant un petit peu de place à l’imprévu. Ménagez-vous une ou deux journées de respiration pendant lesquelles vous aurez le luxe d’aller perdre votre temps dans les rues et ruelles de Tokyo, de Kyoto ou de la ville qui vous semblera adéquate.

Le voyage ce n’est pas aller voir les choses, c’est changer de perspectives.

Pour ceux qui s’interrogent sur la notion de voyage je vous renvoie au premier article de ce blog : pourquoi partir !

 

“Ce que j’aime dans le voyage, c’est l’étonnement du retour”

Stendhal.  

6 thoughts on “Préparer son voyage au Japon.

  1. Très bon article, merci !
    Perso, je rêve d’aller à Hokkaido, en hiver, et admirer la nature lors de cette saison.
    Je me suis récemment mis à apprendre le japonais via certains sites tels qu’Ici Japon ou la très bonne chaine youtube de Julien Fontanier, avec le projet donc de partir au Japon.
    Ton guide me sera utile en temps voulu (pour l’instant, je viens de commencer un boulot en 3×8, uniquement pour ça ^^).
    Continue tes articles, c’est un plaisir de les lire !

    Liked by 1 person

    1. Salut.
      Merci pour ton message. Je suis vraiment content que ce guide puisse t’aider. Il y a aussi pas mal d’article sur le Kansai qui je suis sur pourront t’aider.
      Bon voyage !

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s