Japon, l’autre pays de la Junk food ?

Si je vous dis nourriture japonaise, je suis sûr que tout de suite vous viennent des images de sushis, sashimis, de plats équilibrés, de choses bonnes pour la santé et vous avez raison !

Mais … vous avez aussi complètement tort.

C’est la beauté de cette culture. Si les japonais sont très forts pour opérer des mariages incroyables de goûts, vous transporter subtilement vers des horizons gustatifs insoupçonnés, sachez qu’ils sont tout aussi géniaux pour donner naissance à des “produits” qui peuvent parfois nous apparaître contre nature.

Le Japon est donc aussi un royaume de la junk food. Ses temples se nomment 7/11, Family mart, Lawson et 100 yens shop en tout genre.

Que ce soit salé, sucré, salé/sucré, ou indéfinissable, une seule règle semble régner : Proposer des choses nouvelles peu importe le bon goût.

J’ai donc décidé chaque matin d’acheter différents produits afin de les tester et vous en donner un aperçu.

Le packaging :

Le packaging est quelque chose de très important pour les japonais. Il existe d’ailleurs un art qui consiste à emballer les choses au Japon connu sous le nom de Furoshiki.

De plus les Japonais aiment bien savoir à l’avance le goût de ce qu’ils vont manger, ainsi les paquets laissent souvent transparaître le produit, ou en font une représentation des plus gracieuses.

Je dois avouer que j’ai appris à me méfier de ces derniers.

Un délire gustatif :

Allez c’est parti. On va essayer d’opérer une présentation en fonction du salé et du sucré. Mais sachez déjà qu’il ne s’agit pas ici d’un critère très fiable.

Les petites notes que j’attribue sont très subjectives et circonstancielles. Quand je donne un 6/10 ici cela n’est pas comparable avec un 6/10 que je donnerais dans un restaurant normal. Dans le monde de la junk food tout est très relatif.

Le camp du salé :

Etant plutôt un partisan du salé j’ai eu beaucoup moins de mal avec cette partie du test.

Le Egg & Bacon :

egg&bacon japan junck food.jpg

Assez clair dans son appellation (sous titré en katakana), il se présente sous la forme d’une tranche de pain brioché (c’est ce qui s’en rapproche le plus) sur laquelle on aura disposé surtout du jaune d’œuf au gout très effacé et à la texture pâteuse et accompagné d’une tranche de bacon fumé.

Le tout est badigeonné d’une petite mayonnaise industrielle dont seuls les japonais ont le secret.

Ils raffolent de la mayonnaise (industrielle) et en mettent sur beaucoup de choses.

Au niveau du goût mis à part le jaune d’œuf qui est plus la pour la texture qu’autre chose, on retrouve en effet un goût de bacon qui sera par contre écrasé par la mayonnaise qui recouvre l’ensemble.
Le “pain” sur lequel repose l’ensemble est complètement absent d’un point de vue gustatif.

Prix : 108 yens

note : 5/10

Le Snack sando (pour sandwich) :

ham tamago japan junck food

Deux morceaux de pain de mie sont assemblés à la façon d’un croque monsieur pour contenir différent éléments.

Ici j’ai opté pour l’option ham / tamago soit jambon œuf. Mais plein d’autres versions existent et même des déclinaisons sucrées.

Chaque paquet contient deux petits sandwichs qui suffiront tout juste à casser une faim naissante.

Au niveau du goût: L’œuf a toujours le même goût très neutre, même chose pour le jambon, cela tient certainement à la faible quantité présente dans le produit. L’ensemble n’est pas désagréable mais le goût est tellement “neutre” qu’on a juste l’impression que le sandwich est uniquement dédié à notre estomac en oubliant que tout être humain normalement constitué est aussi doté de papilles.

Prix : 108 yens

note : 5/10

Le Long Wiener pan :

longwiener japan junck food

Ce pain à longue saucisse (littéralement) me fait peur alors que je n’ai pas encore ouvert le sachet. Il s’agit d’une réinterprétation japonaise du fameux Chien chaud américain.

J’ai l’impression que quelque soit le produit qu’ils préparent, le pain est toujours le même. Un pain brioché sans goût. Au milieu de celui-ci trône fièrement une saucisse ma foi d’une longueur assez honorable. Cette dernière est élégamment recouverte d’un ketchup dont la recette sera je l’espère à jamais oubliée.

Au niveau du goût : la saucisse est légèrement fumée et ressemble beaucoup à ses consœurs européennes. L’ensemble est encore une fois pauvre en goût et l’on comprend tout à coup pourquoi le verbe déguster peut à la fois prendre un sens positif ou négatif.

Prix : 108 yens

note : 4/10

Le Tuna Pan :

tuna pan japan junck food

Un peu à la manière du long wiener pan, cet en-cas se présente comme un long morceau de pain (toujours du même type), sur lequel va être disposé du thon. Alors soyons honnête il s’agit plus d’une pâte de thon à cheval entre le pâté et la rillette.

Le tout est bien évidemment recouvert d’un liseré de mayonnaise.

Au niveau du goût : j’avoue que lorsque j’ai choisi de tester cette tartine géante à la rillette j’avais vraiment très peur et je me demandais si je serais à même de finir ce que j’allais commencer.

Et bien contre toute attente, ce n’est pas si mauvais que ça. Encore une fois les goûts sont tous assez neutres (sauf celui de la mayonnaise qui joue vraiment le rôle d’exhausteur de goût pour pauvre) mais l’ensemble ne s’en sort pas si mal. On a l’impression d’avoir droit à ce que l’on pouvait espérer.

Prix :108 yens

note : 6/10

Le camp du sucré :

Je vous avoue que je n’ai pas vraiment de penchant pour le sucré et même en France, les rares desserts pour lesquels je succombe sont plutôt rares.

De plus j’ai vraiment l’impression que les japonais se lâchent complètement du côté du sucré, et ils sont prêts à tout oser. J’avoue que certains trucs que j’ai goûté furent difficiles à terminer.

Big :

Big japan junck food.jpg

Sobrement intitulé Big, cela ressemble à un “pain tressé” agrémenté de pépites de chocolat. Le tout est strillé par une crème blanche assez sucrée.

En bouche un fort goût d’huile prend le dessus sur le reste et s’efface lorsque l’on rencontre une pépite de chocolat ou la fameuse crème blanche.

La “pâte” est assez insipide et semble n’être qu’un support à l’ensemble.

Prix : 108 yens

note : 5/10

Milk France :

france milk japan junck food.jpg

Cocoricoooooooooooooooo. Il s’agit de plus rigoler, là on touche au patrimoine français. Il faut savoir qu’il y a plusieurs dérivés de ce produit : milk, chocolat, et Macha (on le sait le macha est une spécialité française.)
J’ai donc eu le choix, j’ai évité macha car on me la fait pas à moi quand même, je voulais éviter l’option chocolat en raison du trop grand nombre de déconvenues déjà subies avec l’appellation chocolat au japon. Par élimination plus que par choix je me laisse “tenter” par la version au lait.
Au niveau du goût : Comment dire, parler de Milk france c’est un peu comme essayer de décrire une pièce vide et totalement blanche. Voila il y a du pain brioché sans goût (ça alors !) et le truc qui se trouve au milieu comment dire … il doit avoir une lointaine parenté avec la confiture de lait.
Le produit n’est pas bon, mais il est aussi trop neutre pour être mauvais.

Un voyage intéressant dans le non goût.

Prix 108 yens

note : neutre/10

Big Choco Roll :

big choco roll japan junck food

Une petite variation japonaise autour de l’éclair au chocolat. Il s’agit encore une fois d’un pain brioché nappé de chocolat. Lorsqu’on commence à le manger on trouve en son centre une sorte de crème pâtissière légèrement sucrée.

Au niveau du goût : Le chocolat au japon n’a du chocolat que le nom. Il est en effet très fade et on est souvent déçu gustativement. C’est ici le cas. Le pain par contre est un peu meilleur que d’habitude et la crème pâtissière surprenante.

L’ensemble est assez homogène et aurait même pu être plutôt bon si le chocolat avait tenu toute ses promesses.

Prix : 108 yens.

Note : 6/10

En conclusion :

Après plus d’une semaine de ce régime je dois avouer être assez content d’arrêter l’expérience. Sachez que je n’ai pas expérimenté 10% de ce qui peut être proposé dans ces divers magasins. Je ne sais pas trop à qui se destinent ces produits mais il semble improbable de manger cela trop régulièrement.
Si vous avez l’occasion, l’expérience et vraiment édifiante. Cela permet aussi d’une certaine manière de dépasser certains clichés japonais qui ont vraiment la vie dure.
Si vous avez eu des expériences particulières n’hésitez pas à m’en faire part.

Advertisements

4 thoughts on “Japon, l’autre pays de la Junk food ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s