Japon / Vietnam, d’un bruit l’autre.

Nous l’avons déjà beaucoup évoqué, ( HCMC la ville, se déplacer à HCMC ou dans le guide de survie pour piétons), Ho chi minh City est une ville vivante mais surtout bruyante. Ainsi lorsque je préparais mon voyage pour le Japon, je me disais enfin, la paix, la tranquillité, le respect de l’autre.

Cette paix auditive m’apparaissait encore plus incroyable compte tenu du vacarme ambiant d’HCMC.

Cependant nous le savons tous, l’herbe semble toujours plus verte chez le voisin. J’allais en faire une troublante expérience.

Le japon, un pays du silence ?

yokoso

Bienvenue au Japon.

A bien des égards, la Japon est un pays calme. Basé sur des règles de conduites tirées au cordeau, il est très mal vu de causer un trouble à son prochain.

Ainsi les gens ne téléphonent pas dans les transports publics, c’est à peine s’ils y ont une conversation.

Dans la rue on oublie vite que les voitures ici aussi sont dotées d’un klaxon, et ce n’est qu’à de très rares occasions qu’ils se font entendre.

La première semaine je me suis amusé à compter : 16 coups de klaxon entendu en une semaine. Amusez vous à voir en combien de temps ce “record” est battu à HCMC ( moins de 20 secondes me semble facile à réaliser.)

Le voisinage aussi est très calme, ici point de Karoké pour célébrer le dimanche matin, pas de fêtes improvisées dans la rue, pas de disputes virant à la bataille rangée, non ici on dort les fenêtres ouvertes.

Alors ? Me répondrez-vous ? Quel est ton problème sinistre pinailleur ?

C’est que le bruit s’est déplacé ! Le bougre n’est jamais là où on l’attend. Et qu’on le veuille ou non du bruit reste du bruit.

Le japon le pays du bruit utile :

Je l’ai évoqué, incommoder son prochain n’est pas bien vu au Japon, cependant il semble que des zones d’exceptions existent.

Il est assez évident que si la nuisance sonore devient “utile” la gêne qu’elle procure pourtant devient alors parfaitement acceptable. Et pour quelqu’un qui ne parle pas très bien japonais (et qui par conséquent ne prend pas la pleine mesure de “l’utilité” de tout ça) cela devient très vite évident.

femme-au-micro-kyoto-japon

Cette dame est équipée d’un petit haut parleur qui lui sert à dire merci aux usagers.

Un déplacement de la nuisance sonore :

Le bruit sous couvert de son utilité s’est donc déplacé. Ici c’est une manie, on à l’impression que les japonais ont besoin que tout leur soit expliqué plusieurs fois et dans les moindre détails.

Dans le train :

C’est vrai que personne ne parle, que les téléphones ne sonnent pas. Cependant, à l’approche d’une station une voix enregistrée nous explique quelle sera la prochaine station, quelle sera celle d’après, si l’on pourra faire des changements. Au départ d’une station le conducteur se lance dans la même explication qui sera reprise ensuite par une voix enregistrée. Il sera aussi précisé qu’il ne faut pas utiliser son téléphone, et qu’il faut laisser sa place aux personnes âgées et femmes enceintes. Si les stations sont proches cela est sans fin. C’est un paradoxe car l’annonce demandant de ne pas utiliser nos téléphones cause plus de trouble que le mal qu’elle est censé prévenir.

Dans le bus :

Il se passe exactement la même chose que dans les trains mais ce n’est pas tout. Le conducteur doté d’un micro annoncera à chaque fois que le bus se déplace : “on avance” , ou lorsqu’il tourne “on tourne” c’est sans fin.

bus-japon-kyoto

chaque mouvement du bus sera annoncé au préalable par le chauffeur.

Escalator / ascenseur : ça parle sans s’arrêter : “attention ceci est un escalator” “faites attention à l’arrivée de l’escalator” “la porte va s’ouvrir” “la porte va se fermer” “vous êtes à étage X”

nishiwaseda-station

les escalators sont de vrais moulins à paroles.

Dans la rue :

La rue est en effet très calme, pas de klaxon, pas (ou peu) d’accident etc. Mais à chaque feu tricolore bip pour annoncer que l’on peu traverser ou pas, il y a régulièrement des annonces au haut parleur. Aux heures de repas des rabatteurs se mettent devant leurs commerces pour vous inviter à entrer.

passage-pieton-japon-kyoto

ce dispositif  mis en place pour les mal-voyants est presque un symbole de la rue au japon.

Ma préférée : Je visitais un parc magnifique à Tokyo. Pendant une période de l’année il est ouvert le soir et est magnifiquement illuminé. C’est un joli moment, on goute au Zen nippon. Et là … près du petit étang ou tout se reflète merveilleusement, un des gardes du parcs braille dans un haut parleur, sans jamais s’arrêter, de ne pas rester trop longtemps près de l’eau et de circuler …

La relation beauté / stress était à son paroxysme, c’était complètement ridicule.

parc-japon-tokyo

Imaginez un homme aboyant dans son haut parleur quand vous admirez le paysage.

Alors soyons honnête le pays est vraiment plus calme que le Vietnam mais de manière étonnante une dose non négligeable de bruit existe dans certains espaces de la vie. J’en arrive à me demander si d’une manière ou d’une autre ce vacarme journalier ne nous serait pas devenu nécessaire.

“avec un peu de chance cette année, le père-noël m’apportera un réveil qui ne fait pas de bruit”

Paul Cleave.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, on vient de me faire passer cet article du Japan time qui est vraiment intéressant et qui ouvre le débat. (article en anglais)

Advertisements

16 thoughts on “Japon / Vietnam, d’un bruit l’autre.

  1. Je ne connais pas HCMC donc je m’abstiendrai de commenter sur cette ville. Mais, connaissant Tokyo, je trouve que le charme de la ville passe par sa suractivité. Le bruit marque la différence qu’il peut y avoir entre chaque quartier (mon préféré reste le hurlement des pachinko de shinjuku dès que la porte du lieu s’ouvre automatiquement lorsqu’on passe à côté). Si l’on s’écarte vers des quartiers plus résidentiels on sera réveillé par les corbeaux. Au final je pense que le fond sonore fait entièrement partie de l’atmosphère qu’on peut ressentir dans une ville.

    Liked by 1 person

    1. Tu as parfaitement raison.
      Les bruits que je tente de décrire sont une forme de signature du japon. Parfois certains sons permettent même de reconnaître l’endroit en question.
      Je partage cette répulsion attraction pour les pachinkos.

      Like

  2. certes, mais il me semble que l’article oublie une chose essentielle : Les aveugles et les mal-voyants !
    Ce pays est bien plus avancé que la France en la matière. Alors oui, il y a des annonces pré-enregistrées, mais non elles ne causent pas de trouble. Il faut simplement réfléchir plus loin que sa petite personne. Et pour les mal voyants, savoir quand la porte s’ouvre dans un ascenseur, quand le bus tourne etc. est très très utile.

    Liked by 1 person

    1. salut Sébastien. Le but de l’article n’est pas de dire “qu’est ce que c’est bruyant supprimons tout ça”. C’est juste une étude , certes subjective, de ce que peut être un bruit.
      D’ailleurs je fais remarquer en légende sous le feu au passage piéton qu’il s’agit d’un dispositif “utile” aux aveugles et mal-voyants.
      Pas de méprise donc ^^

      Like

  3. C’est sûr que pour être allée à HCMV, le bruit au Vietnam et au Japon n’a rien à voir. Je trouve que les bruits au Japon sont très liés à la sécurité, et pas seulement pour les personnes handicapées. Le haut-parleur annonce par exemple qu’il faut rester derrière la ligne jaune lorsqu’on attend le métro parce que c’est dangereux, etc. Les Japonais eux-mêmes ne sont pas bruyants sauf dans les izakayas 😉 Je suis donc tout à fait d’accord avec cet article. Cela dit, je trouve extraordinaire d’être réveillée tous les matins par le chant des oiseaux alors que j’habite en plein Tokyo (vive la mauvaise isolation phonique des maisons ^^!)

    Liked by 1 person

  4. Je pense que tu as fait une faute…je m’empresse de la corriger, à toi de la déceler…
    “Cette paix auditive m’apparaissait encore plus incroyable contenu du vacarme ambiant d’HCMC”

    Liked by 1 person

  5. Quelle découverte encore !
    Je vais finir par commenter chaque article…

    Je ne saurai mieux dire. Je partage aussi certains commentaires (je ne me mouille pas trop c’est vrai).

    Un de mes 1ers souvenirs du japon était les “coucou” des feux rouges. Tellement pratiques pour les non et mal voyants!
    Puis le 2e, les cigales pour finir en 3e avec les arishimaimasennnnnnnnn…

    C’est presque comme s’il ne fallait pas faire de bruit mais que ça devient gênant le silence alors on fait du bruit. Ou bien pour qu’on se concentre uniquement sur les racoleurs de rues, les annonces des transports…

    Là où le niveau sonore a endolori mes oreilles pourtant habituées (je suis instit et un enfant ça crie souvent, alors 30…) c’est dans les maid café et dans les salles pour machines à sous. C’est simple, je suis restée devant les portes. Et je n’entendais plus mes compagnons me parler. On ne se concentre peut-être plus ici… et on oublie ?

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s