Se déplacer à Saigon

Nous l’avons déjà évoqué à travers pas mal d’articles (premiers pas, Ho chi minh), la ville est grande, active et très peuplée.

La question du déplacement se pose évidemment.

Encore une fois l’option que vous aurez tendance à retenir affectera pour beaucoup votre connaissance de la ville et la perception que vous pourrez en avoir.

Lorsque je vivais à Tokyo j’avais vite pris l’habitude d’utiliser le train et le métro pour me déplacer. Compte tenu des distances à couvrir cette option était parfaite.

Je me suis pourtant rendu compte que ma connaissance de la ville était finalement très liée aux lignes de train que je pouvais utiliser et qu’il suffisait de s’aventurer un peu en dehors de ces lignes pour que je découvre de nouveaux univers.

Cette réflexion fonctionne aussi avec les moyens de transport que vous ne contrôlez pas comme le taxi ou le bus.

Nous pourrions établir un petit classement basé sur un facteur liberté/découverte de la ville :

Métro/Train :

plan-metro

Il n’existe pas encore de métro à HCMC, mais ce dernier est en construction depuis déjà 4 ans.

Ce sont les japonais qui ont obtenu la fabrication du métro. La ligne 1 devait être terminée pour 2017/2018 mais on parle déjà de nombreux retards et de budgets dépassés. Nouvelle date annoncée : 2020-2021.

Avec un total de 6 lignes prévues à terme le projet semble vraiment ambitieux.

Il devient impérieux que la ville se dote d’un tel moyen de transport compte tenu de l’importance du trafic et de la pollution de l’air.

Bus :

bus-ext

Je ne l’ai que peu testé, mais c’est une expérience en soit. Si vous ne vous êtes pas préparé, c’est-à-dire que vous ne connaissez pas à l’avance votre numéro de bus et les arrêts concernés vous allez souffrir.

Il m’a été très difficile de déterminer ou vont les bus (même quand un plan se trouve à l’arrêt).

On finit par en prendre un au hasard et on espère reconnaître un quartier.

Le ticket coûte 6000 dong (25 centimes). À l’intérieur le staff (chauffeur et vendeuse de ticket) est plutôt sympa et essaye de vous aider.

Heureusement pas mal de bus aboutissent dans une grande gare routière dans le centre.

Le bus est peu pratique car dépendant de l’intense circulation.

Lorsque l’on veut descendre il est préférable de repérer son arrêt à l’avance et de bien se manifester pour que le bus s’arrête.

On est quand même toujours content d’en trouver un lorsque la pluie s’abat tout à coup sur la ville.

Si vous savez un peu à l’avance quel bus prendre et ou descendre, le trajet restera toujours un peu long mais cela reste un moyen très abordable et convivial pour voyager.

Les taxis :

taxi

Je les ai peu ou pas utilisés. Ils ne sont pas très cher, surtout si on est plusieurs. Un peu comme les bus, ils sont dépendants de la circulation. Dans une certaine mesure ils vous protègent de la pollution sonore et atmosphérique. Il existe plusieurs compagnies de Taxi à Ho chi minh ville que l’on peut cependant aisément différencier en fonction de leurs couleurs. Il est toujours préférable de s’assurer qu’ils ont un compteur et que c’est bien ce dernier qui déterminera le prix de la course.

On retrouve un peu cet effet bulle que j’évoquais dans le débarquement. Utile le soir lorsqu’on rentre tard et que les bus ont fini leur ronde.

Moto taxi (XE OM) :

scooter

Compte tenu de la circulation chargée il s’agit d’un moyen de locomotion très prisé. Pour les trouver c’est assez facile. En fait c’est plutôt eux qui vous trouvent, lorsque vous marchez, ils vous abordent souvent et vous proposent un trajet en moto.

Dans le cas contraire faites cap sur un croisement important et il vous sera alors impossible de les manquer. Ils prennent souvent des positions incroyables de nonchalance sur leur monture.

J’ai commencé une série de photo à ce sujet.

Pour le prix, il n’y a pas de compteur, il est donc préférable de se mettre d’accord avant de partir.

Une fois le fidèle destrier enfourché c’est souvent assez sport. Il faut dire que la circulation se prête aux slaloms en tous genres et j’ai encore du mal à définir l’existence de règles quelconques.

Le vélo :

Je n’ai pas encore essayé. D’ailleurs on en voit assez peu. Ce moyen semble attirant mais lorsqu’on voit le trafic et sa densité, on se dit qu’il ne fait pas bon être véhicule trop lent et que la possibilité d’avoir une accélération importante peut nous sauver quelques fois.

A pied :

Vous l’aurez compris c’est mon moyen de transport préféré. Cela permet d’apprendre la ville. De s’arrêter, d’échanger des regards, de s’engouffrer dans des petites ruelles autrement inaccessibles.

Marcher à Ho chi minh ville relève d’une toute nouvelle expérience, il est clair que cette ville n’est pas faite pour le piéton. Les dangers peuvent survenir d’un peu partout, traverser une artère importante relève d’un sport à part entière quelque part entre le slalom et le limbo. Rajoutez une dose de pollution sonore saupoudrée de particules fines et nous avons un résultat pour le moins détonnant.
C’est dommage, car la ville offre beaucoup de choses à voir. Il est cependant fort probable que le métro une fois achevé changera énormément les choses. Il m’arrive de penser à ce que devaient être des villes telles que Paris, Lyon et Marseille avant la construction de leur métro et je prends conscience des défis qui ont du être relevés.

Advertisements

4 thoughts on “Se déplacer à Saigon

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s